Expo : les Capucins en Luxembourg (1616-1796)

vendredi 13 novembre 2015

Jusqu’au 5 juin 2016, à Arlon (Belgique), le musée Gaspar nous ramène au temps des Capucins.

L’année 2016 correspond au 400e anniversaire de l’autorisation concédée par les Archiducs Albert et Isabelle et l’évêque de Trèves, d’accueillir à Saint-Jean-lès-Marville le premier couvent de Pères capucins en territoire luxembourgeois. Cette nouvelle installation est due à la scission de la province capucine belge, qui s’était opérée essentiellement sur base linguistique. À partir de 1617, la nouvelle province wallonne est amenée à créer de nouveaux couvents, afin d’être davantage pourvue par rapport la province flamande. Ainsi, les couvents d’Arlon (1620), Luxembourg (1621) et Thionville (1624) sont rapidement créés dans la foulée. Le but de cette extension vers l’est visait aussi et surtout à contrecarrer la progression de la Réforme protestante, favorisée par la mauvaise conduite du clergé luxembourgeois, qualifié de « buveur, concubinaire, ignorant et simoniaque ». À cet égard, les Capucins – tout comme les Jésuites d’ailleurs – sont, au XVIIe siècle, considérés comme les modèles emblématiques de la Contre-réforme catholique.

Procession de capucins devant l'église saint Donat d'ArlonLes traces actuelles du passage des Capucins dans les villes luxembourgeoises sont diverses et variées. C’est incontestablement à Arlon que le paysage urbain est le plus empreint de leurs vestiges. L’actuelle église Saint-Donat et ses dépendances, trônant en majesté au coeur du Vieux Quartier, constitue le principal héritage encore visible de ce passé. L’exposition du Musée Gaspar présente une sélection d’objets d’orfèvrerie, de vestiges archéologiques, de documents d’archives, de livres et de tableaux ayant constitué le patrimoine de ces couvents luxembourgeois, ou évoquant leur souvenir.

(extrait du dossier de presse)

Voir en ligne : http://www.vivreici.be/commune/6700...