Les quinze maladies qui affectent la Curie romaine, et leurs antidotes, selon le pape François

lundi 22 décembre 2014

1. La maladie de se sentir "immortel", d’avoir "l’immunité" ou de se croire "indispensable". Antidote : "la grâce de se sentir pécheurs et de dire de tout son coeur : "Nous sommes des serviteurs inutiles. Nous avons fait ce que nous devions faire".
2. La maladie du "marthalisme" (du nom de sainte Marthe), l’excès d’activités. Antidote : se reposer, prendre des vacances, sérieusement.
3. Il y a aussi la maladie de la "pétrification" mentale et spirituelle. Remède : "avoir les sentiments mêmes du Christ Jésus, sentiments d’humilité et de don de soi, de détachement, et de générosité".
4. La maladie de l’excès de planification. Remède : L’abandon à l’Esprit Saint et à sa créativité.
5. La maladie de la mauvaise coordination. Remède : l’esprit de communion et d’équipe.
6. Il y a aussi l’Alzheimer spirituel : on oublie les bienfaits de Dieu. Remède : se souvenir du "premier amour".
7. La maladie de la rivalité et de la vaine gloire. Remède : chercher le bien des autres.
8. La maladie de la schizophrénie existentielle. Remède : se convertir pour renoncer à une "double vie".
9. La maladie des bavardages, des murmures, et des commérages. Remède : le refus du "terrorisme des bavardages".
10. La maladie de diviniser les chefs. On honore les hommes et non pas Dieu. Remède : honorer Dieu et non les personnes.
11. La maladie de l’indifférence envers les autres : au contraire, par exemple, les encourager.
12. La maladie du visage funèbre. Le remède c’est l’humour, l’auto-dérision.
13. La maladie d’accumuler (on le voit au moment des déménagements). Remède : devenir une "cavalerie légère".
14. La maladie des cercles fermés. Remède : choisir l’harmonie du Corps tout entier.
15. Et la dernière, la maladie du profit mondain. Transformer plutôt le pouvoir en service.