Un pasteur tzigane reçoit la Légion d’honneur

dimanche 1er février 2015

Le pasteur Georges Meyer, dit Jimmy, a reçu mercredi 14 janvier la Légion d’honneur des mains de Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur et des cultes. Une distinction « miraculeuse » pour les parias de la République. (de l’hebdomadaire Réforme)

Le pasteur Georges Meyer, dit Jimmy, a reçu mercredi 14 janvier la Légion d’honneur des mains de Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur et des cultes. Une distinction « miraculeuse » pour les parias de la République.

« Pour la République, remettre la Légion d’honneur est une logique qui se répète souvent. Pour la Fédération protestante de France, la recevoir est un honneur. Mais pour nous, le peuple tzigane, c’est un miracle ! » Le pasteur Georges Meyer, président de la Mission évangélique des tziganes de France (METF), dite « Vie et Lumière », est visiblement très ému. Lui qui préside cette œuvre depuis 43 ans, qui l’a résolument inscrite comme membre de la FPF depuis 1975, affirme haut et fort : « Cette médaille, c’est moi qui la porte, mais elle ne m’appartient pas. Elle appartient à tout le peuple tzigane. Et c’est l’Évangile, c’est Jésus, qui nous a emmenés jusque-là. »

En effet, victimes de discriminations et de clichés en tous genres, souvent expulsés des terrains qu’ils occupent par les forces de l’ordre, ces prétendus « voleurs de poules » ont été reçus en grande pompe sous les ors de la République, avec champagne et petits fours à l’appui. Le ministre leur a rendu un vibrant hommage, rappelant que les Tziganes avaient été « exterminés dans des conditions funestes », subissant « la barbarie nazie avec la complicité du gouvernement de Vichy ». Ainsi, « 6.000 Tziganes ont été internés, dont 40 % étaient des enfants ». Et par la suite, le ministre a reconnu que « La République elle-même n’a pas toujours été irréprochable », tout en saluant les Tziganes qui ont défilé dimanche 11 janvier à la suite des attaques terroristes perpétrées en France la semaine dernière.

Une Bible « porte-bonheur »

À la fin de la cérémonie, Georges Meyer, dit Jimmy, a remis au ministre un recueil de cantiques tziganes ainsi qu’une Bible en romani, l’une des langues des Gitans. Visiblement ému et surpris, Bernard Cazeneuve, pris au dépourvu, répond : « Je la garderai avec moi, elle me portera bonheur. » Et puis, un vent de folie se met à souffler dans les prestigieux salons de la place Beauvau : tous les Tziganes entonnent un hymne, et chantent à tue-tête : « Jésus est mon sauveur, il m’a tant aimé, il a payé ma dette sur le Calvaire. » Bernard Cazeneuve, quant à lui, promet de rendre visite à Vie et Lumière cet été lors de son grand rassemblement annuel sous chapiteau. Tonnerre d’applaudissements.

Oui, la joie était à son comble et les parias de la République ont été un peu plus reconnus, mais que la Légion d’honneur ne masque pas trop la triste réalité : les Tziganes de nationalité française sont toujours soumis à l’obligation de détenir un « livret de circulation », mesure discriminatoire qui entrave notamment leur droit de vote. Et puis les terrains où ils peuvent se réunir par centaines se font rares, l’Armée vendant de plus en plus ses anciens complexes désaffectés qui leur servaient d’abri. Le chemin des Tziganes, joyeux et nomades, reste semé d’embûches.

Voir en ligne : Un pasteur tzigane reçoit la Légion d’honneur