détroit de Gibraltar : une traversée militante

mercredi 12 août 2015

DÉTROIT DE GIBRALTAR

Une traversée sous le signe de l’article 13 de la déclaration universelle des droits de l’Homme. Entre le 08 au 14 août 2015.

Face à la tragédie humaine qui se joue tous les jours en Méditerranée, face aux conséquences assassines de l’Europe forteresse, face aux dérives langagières du personnel politique sur les personnes migrantes, face à l’indifférence générale que suscite leur terrible sort, face à la montée des égoïsmes nationaux… Deux parfaits anonymes, Maria Guerra et Alain Gomez ont décidé de réagir en déclarant, à leur manière, l’urgence sur l’article 13 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Un article qui affirme le droit de chacun à circuler librement sur la planète. Un droit aujourd’hui paradoxalement refusé à ceux qui le plus souvent n’ont d’autre solution que l’exil pour sauver leur vie.

Afin de dénoncer l’absurdité d’un système qui favorise la circulation des marchandises et des capitaux mais qui entrave celle d’enfants, de femmes et d’hommes fuyant la misère, les guerres et autres fléaux, Maria et Alain ont projeté de traverser le détroit de Gibraltar, respectivement en kayak et à la nage. Tous deux partiront de Tarifa en Espagne pour relier les côtes marocaines. Une distance de 20 kilomètres, qui occupe la 3ème position au macabre classement des routes vers l’Europe les plus meurtrières pour les immigrés clandestins. Le départ de ce défi aussi militant que sportif est programmé, en fonction de la météo, entre le 8 et le 14 août prochains.

Avec cette traversée ils entendent promouvoir l’article 13 et revendiquer également la reconnaissance du statut de citoyen du monde, telle que défendue par l’organisation pour une Citoyenneté Universelle. Au départ comme à l’arrivée, ils planteront sur les deux rives de la méditerranée un drapeau symbolisant l’article 13. Un acte délibérément provocateur, alors même que le détroit de Gibraltar est devenu depuis la création de l’espace Schengen, un véritable laboratoire en matière d’externalisation de la politique migratoire européenne et d’un même mouvement un emblème de son inefficacité et de sa cruauté.

Voir en ligne : Emmaüs-France, article 13