Arbre de vie, Prologue 4


En vérité, bien que ce fruit soit unique et indivis,
selon la multiplicité de ses états, dignités, vertus et œuvres,
il nourrit cependant les âmes dévotes par de multiples consolations
qui sont ramenées à douze ;
voilà pourquoi ce fruit de l’arbre de vie
est proposé en dégustation et décrit
comme sous douze saveurs en douze rameaux
de sorte que,
dans le premier rameau,
l’esprit dévot au Christ perçoit la saveur de la suavité
en ramenant sa réflexion à l’illustre origine du Sauveur et à sa douce nativité,
puis dans le second rameau
au style de vie entièrement humble d’une condescendance pleine de dignité,
dans le troisième à l’excellence d’une vertu parfaite ;
dans le quatrième à la plénitude d’une piété très abondante ;
dans le cinquième à la confiance qui fut la sienne dans le péril de la passion ;
dans le sixième à la patience qu’il montra dans les injures
et les grands affronts infligés ;
dans le septième à la constance qu’il conserva dans le crucifiement lui-même
et les douleurs d’une croix très rugueuse ;
dans le huitième à la victoire qu’il a gagnée dans le combat
et le passage de la mort ;
dans le neuvième à la nouveauté de la résurrection ornée de dons admirables ;
dans le dixième, à la sublimité de l’ascension, diffusive des charismes spirituels ; dans le onzième à l’équité du jugement à venir ;
dans le douzième à l’éternité du royaume divin.

retour à la table des méditations