Franciscanismes au féminin : le séminaire de l’École franciscaine de Paris

La prochaine séance du séminaire "Franciscanismes au féminin" de l’Ecole franciscaine de Paris sera animée par Marco Bartoli (Professeur d’Histoire du Moyen Age, Université LUMSA – Rome et Université Pontificale « Antonianum » – Rome) et aura pour thème : Les « sœurs servantes » de Saint-Damien

Dans toutes les époques il y a toujours eu des « sœurs servantes » et des « sœurs de chœur » chez les clarisses, comme chez les dominicaines ou les autres moniales. La distinction était avant tout sociale et culturelle, mais elle s’exprimait surtout au niveau liturgique, car la langue latine utilisée dans l’Office était la ligne de séparation entre les deux groupes.
Cela n’est pas étonnant pour l’historien qui observe comment dans les communautés religieuses se reproduisent, à toute époque, les stratifications sociales qu’on trouve dans le milieu social où se trouve chaque communauté. Il n’est pas rare, par exemple de voir que le rôle d’abbesse est transmis, génération après génération, à des membres de la même famille (aristocratique).
Même à Saint-Damien, le monastère de Claire d’Assise, il y avait des « sœurs servantes au dehors du monastère ». Comme l’a dit récemment Jacques Dalarun : « Toutes les strates des sources normatives convergent. Nier qu’il y ait eu à Saint-Damien presque dès l’origine, à tout le moins à partir de 1220 – si tant est que la norme reflète bien la réalité vécue, ce qui parait ici plausible -, deux catégories de religieuses, des « dames » ou « sœurs » d’un côté, des « servantes » ou « sœurs servantes » de l’autre, relèverait d’un déni de réalité documentaire ». [1]
En partant de ce constat, on voudrait poser la question du rôle que ces « sœurs servantes » jouaient dans et pour leur communauté, et quelle était l’attitude des autres sœurs, les moniales de chœur, envers d’elles. L’exposé, en lisant le statut des servantes dans les monastères des clarisses des différentes époques, cherche à retrouver les traces des intuitions évangéliques de Claire d’Assise et de ses premières compagnes d’aventure.

Les séances du séminaire se tiennent de 15h00 à 18h00, à la salle Saint François, Couvent Notre-Dame-de-Paix , 32 rue Boissonade, 75014 Paris (métro 4 - Raspail ; RER B – Port Royal).
Le séminaire s’adresse à des étudiants ou à des personnes qui ont déjà une formation supérieure. Les étudiants qui le souhaitent, recevront un certificat de participation à ce séminaire en fin d’année universitaire. Les personnes qui envisagent de participer aux séances du séminaire voudront bien s’annoncer au fr. Henri Laudrin communication@franciscains.fr ou au fr. Claude Coulot claude.coulot@yahoo.fr

Notes

[1Jacques Dalarun, Gouverner c’est servir, Paris 2015, p. 42.