Funérailles de frère Cyril Masar

Le 17 janvier 2019 au matin, le Frère Cyril Masar a été découvert endormi dans la paix du Seigneur en la Fraternité d’Angers, âgé de 82 ans, après 62 ans de vie religieuse.

Ses obsèques auront lieu lundi 21 Janvier 2019 à 15 h en la chapelle du couvent des capucins, 62 rue Faidherbe (49100) Angers, et l’inhumation au cimetière du couvent.

Notre frère Emile Masar est né le 24 février 1936 à Le Perray, dans les Yvelines, de parents slovaques qui se sont connus en France, troisième d’une famille de huit enfants dont six filles. Très jeune, il a pensé vers 7-8 ans au sacerdoce et suite à une mission paroissiale prêchée par des capucins, il est entré à 11 ans à l’école des capucins en 1947 où il a fait sa scolarité, à Angers, Dinard, Angers et à nouveau Dinard. Il acommencé son noviciat au Mans le 2 août 1956, y prenant le nom de Frère Cyrille et a prononcé ses premiers vœux le 15 août 1957. Il a rejoint le couvent de Bitche pour deux années de philosophie et en juillet 1959, il partait pour le service militaire en Algérie. A son retour en octobre 1961, il fait une année de théologie à Hirsingue et les trois autres au couvent de Tours. Il y fait profession perpétuelle le 17 septembre 1963 et est ordonné prêtre le 3 avril 1965.
Après son année de pastorale, en juillet 1966, il est nommé à Reims, aumônier de CES-CEG et en 1969, à Nantes, au Foyer Saint-François. En juin 1972, il arrive à Paris Molitor, aumônier au Llycée Lafontaine. Au chapitre de mai 1975, il devient gardien de Molitor, et est élu quatrième conseiller. En juillet 1980 et durant un an il est accompagnateur du noviciat à Reims avant de rejoindre Versailles dont il sera gardien. En 1990, il vient à Paris Boissonade, et durant ce séjour, il a été aumônier du lycée Chaptal et vicaire à la paroisse Saint-André de l’Europe, puis à Sainte-Marie des Batignolles jusqu’à son départ en 1995 en Slovaquie, à Bratislava, où il a été aumônier de la communauté française durant 3 ans. En octobre 1998, il est à Blois au service de la basilique Notre-Dame de la Trinité. En juin 2002, il revient à Versailles où il sera vicaire de la communauté et animateur de la chapelle Saint-Joseph très fréquentée. Au moment de la fermeture de Versailles, en août 2006, il vient à Paris Boissonade où il sera vicaire, puis gardien, assurant la fonction de chapelain jusqu’à son départ pour Angers au début août 2018 en raison de ses pertes de mémoire et de difficultés de mobilité, A Angers, on le voyait décliner, mais son départ subit nous a bien surpris ainsi que sa famille dont nous partageons la peine et la prière dans l’espérance.
Le frère Cyril se montrait réservé et discret, très sensible, parlant peu de lui, mais il savait être proche des personnes qu’il rencontrait. Dans son ministère, il a été attentif aux jeunes, passionné pour le chant avec une prédilection pour les mélodies du compositeur André Gouzes auprès duquel il est allé faire plusieurs sessions. N’a-t-il pas été animateur de la chorale des Petits Chanteurs de Saint François à Versailles ! Il ne manquait pas de rappeler qu’il était slovaque et c’est pour retrouver ses racines qu’il a demandé à vivre quelques années avec les frères capucins de Bratislava. Il en avait appris la langue tout en donnant des cours de français. Et malgré son état de santé, il y est allé dans sa famille encore en juillet dernier avec la conviction que c’était pour la dernière fois.
Que Dieu notre Père lui donne à présent de retrouver ses racines en Lui, dans la joie et la paix, et y chanter encore « Dieu nous accueille en sa maison ».