Jésus ému aux larmes


14

Afin de nous rendre pour ainsi dire accessible
la douceur de son extrême pitié,
le bon Jésus, fontaine de toute miséricorde,
a pleuré
pour les misérables que nous sommes,
non pas une fois seulement mais plusieurs.
En effet,
d’abord sur Lazare,
puis sur la ville
et enfin sur la croix
de ses yeux pleins d’affection
sortirent des flots de larmes
pour l’expiation de tous les péchés ;
et le Sauveur pleura abondamment,
en déplorant
tantôt la misère de l’infirmité humaine,
tantôt l’enténèbrement d’un cœur aveuglé
tantôt la dépravation d’une malice endurcie.

O cœur dur, insensé et impie,
comme privé à en pleurer de la vraie vie,
Pourquoi, au milieu de tant de misères,
te réjouis-tu et ris-tu comme un frénétique
alors que la Sagesse du Père pleure sur toi ?
Considère ton médecin en larmes
Et « fais un deuil comme pour un fils unique,
pousses des plaintes amères ».
« Fais couler comme un torrent de larmes
Pendant le jour et la nuit ;
Ne te donne pas de repos,
Et que le prunelle de ton œil ne se taise pas ».

retour à la table des méditations