L’intelligence exhaussée par la lummière de la foi (Études Franciscaines, 1973, XXIII, 67-68)

Hexaemeron, coll. VIII à XII


L’intelligence exhaussée par la lumière de la foi.

Hexaemeron, coll. VIII à XII

Article publié dans la revue Études Franciscaines, 1973, XXIII, 67-68, pp. 227-296.

Les Collationes in Hexaemeron représentent l’état le plus élaboré de la pensée bonaventurienne, la synthèse finale, le chant du cygne et le testament spirituel de notre auteur.
Dans ces conférences, Bonaventure se propose de nous montrer le chemin qui conduit de la vanité du monde à la sagesse éternelle. L’entreprise était ardue. Pensons que notre auteur nous donne cette oeuvre ultime au moment où l’université de Paris connaît une effervescence sans pareille. La vision ancienne du monde est en train de s’écrouler sous l’assaut de l’aristotélisme de plus en plus maître de la place. Bonaventure porte alors son diagnostic sur la crise. C’est le point de vue d’un homme de tradition, capable à la fois d’apprécier la valeur de cette fièvre scientifique qui soulève l’Université médiévale, capable d’en percevoir les limites et les dangers, mais aussi capable de proposer un remède : une vision des choses à la lumière du Christ.
Les Coilationes in Hexaemeron représentent, dans la foi, une grande méditation de théologie de l’histoire, une contemplation du dessein d’amour de Dieu. Elles forment une synthèse dont on ne peut dissocier les éléments sans en briser l’élan. [...]

Télécharger l’article complet