Jésus envoyé du ciel


3

Enfin, lorsque vint la plénitude des temps,
de même qu’au sixième jour,
l’homme avait été formé à partir de la terre,
par la force et la sagesse de la main divine,
de même, au commencement du sixième âge,
l’archange Gabriel ayant été envoyé à la Vierge,
et la Vierge ayant donné son assentiment,
le Saint Esprit survint en elle comme un feu divin
enflammant son esprit et sanctifiant sa chair par une très parfaite pureté.
Et La vertu du Très-Haut la couvrit de son ombre
pour qu’elle puisse supporter une telle ardeur ;
par cette opération, à l’instant même,
un corps fut formé, une âme créée
et en même temps, l’un et l’autre furent unis ensemble à la divinité
dans la personne du Fils
afin que le même soit Dieu et homme,
étant sauve la propriété de chacune des natures.

O si tu pouvais, de quelque manière, sentir
la nature et l’ampleur de ce feu envoyé du ciel
le rafraichissement procuré,
la consolation infusée,
l’élévation de la Vierge Mère,
l’ennoblissement du genre humain
et la bienveillance de la Majesté !
O si tu pouvais entendre la Vierge chanter avec jubilation,
gravir la montagne avec elle, ta Dame,
contempler le douce étreinte de la stérile et de la vierge,
le déroulement de la salutation
durant lequel le serviteur a reconnu le Seigneur, le héros le Juge, la voix le Verbe :
je pense qu’alors, avec la bienheureuse Vierge,
tu chanterais sur une douce mélodie
ce cantique sacré : Mon âme exalte le Seigneur etc.
et adorerais l’étonnant fruit virginal
en unissant ton exultation et ta jubilation
à celle du petit prophète !

retour à la table des méditations