Obsèques de frère Jean Folliet

Le 29 avril 2016, le frère Jean Folliet s’est endormi dans la paix du Seigneur
dans sa cent troisième année, à l’hôpital d’Annecy

La messe des funérailles sera célébrée mardi 3 mai à 10h
en l’église Saint-Martin de SEYNOD (74600)
75 avenue des Neigeos
L’inhumation se fera au caveau des Capucins à Annecy
au cimetière (45 bis avenue) de Loverchy.


Notre frère Jean Folliet est né à Annecy le 04 décembre 1913. Sa mère est décédée alors qu’il avait 14 ans. Parmi ses frères, deux seront assomptionnistes. Avant même ses 17 ans il est entré au couvent d’Annecy où il a pris l’habit le 10 février 1931 sous le nom de frère Octave et y a prononcé ses premiers vœux le 4 avril 1932. Il est successivement portier, infirmier, aide cuisinier à Meylan, Annecy, La Roche sur Foron. Après son service militaire (1935-1936) en Tarentaise, il reprend ses fonctions de cuisinier et portier à Meylan et Chambéry. Nommé frère Maître à Annecy en mai 1938, ce service est interrompu par sa mobilisation en Tarentaise d’août 1939 à juillet 1040, et il l’assurera à nouveau, (avec souffrance, dira-t-il) jusqu’en 1947, mais le retrouvera encore en 1952 après cinq ans de cuisinier à Chambéry.
En 1954, il part pour la Mission de Berberati en Centrafrique. Il y assure des services à Berberati, Nola et notamment au Petit séminaire de Carnot et Berberati. Il rentre en France en septembre 1963 à Annecy, comme portier- infirmier puis de 1964 à 1966, il est au service de la communauté paroissiale Saint-Laurent à Grenoble. Il redevient portier et cuisinier à Chambéry jusqu’en septembre 1969, moment où il est affecté en fraternité à Saint-Martin-le-Vinoux près de Grenoble durant cinq ans. Après deux ans en fraternité de prière à Gières (Grenoble), il rejoint la fraternité de Bouquéron-Corenc en septembre 1976 jusqu’en 2004. Durant ce temps, il participe avec zèle à l’aumônerie de l’Hôpital Michalon de Grenoble jusqu’en 1993, attentif aux malades en situations particulièrement difficiles. Lors de la fermeture de Bouquéron, il rejoint Annecy et enfin, avec peine à la fermeture de ce couvent, la maison de retraite de Vieugy où finalement, il se dira heureux.
Hospitalisé en début de semaine dernière, il est décédé vendredi après-midi.
Après bien des déplacements durant sa longue vie au service du Seigneur et de ses frères, que le Seigneur lui accorde, dans Sa maison, la stabilité dans son Amour et sa Joie promise aux fidèles serviteurs. Notre prière accompagne son dernier déplacement.