Séminaire de l’Ecole Franciscaine de Paris :"Des citoyennes comme les autres ? Les franciscaines durant la révolution entre clôture, liberté et suspicion", avec Maxime Hermant


Des citoyennes comme les autres ? Les franciscaines durant la révolution entre clôture, liberté et suspicion

Après avoir supprimé l’exceptionnalité du clergé avec l’abolition des privilèges et de la société d’ordres en août 1789 et nationalisé les biens ecclésiastiques le 2 novembre, l’Assemblée constituante porte un coup fatal au clergé régulier en supprimant les ordres à vœux solennels en février 1790. Pour les hommes, les possibilités sont nombreuses entre poursuite de la vie commune, reconversion au sein du clergé séculier et retour au sein de la famille. Mais qu’en est-il des religieuses ? Comment les religieuses franciscaines ont-elles réagi aux différents décrets ? Comment se sont-elles adaptées à la nouvelle situation ? Il conviendra également de se pencher sur les autorités et de leur rapport au clergé régulier et plus précisément ici aux communautés féminines. Quel regard les révolutionnaires portent-ils sur ces groupes de femmes qui ont pour l’essentiel manifesté le désir de poursuivre la vie commune ? Faire une présentation exhaustive de la question est bien entendu chose impossible. Cette communication se propose de replacer le parcours des sœurs franciscaines dans le contexte révolutionnaire, en s’appuyant sur des exemples de communautés, mais aussi sur des cas individuels, afin de rendre compte de la complexité de la thématique des franciscaines en révolution.

Cette séance sera animée par Maxime Hermant, Université Paris Nanterre.

Elle aura lieu le vendredi 4 juin 2021 de 15h à 17h30, par visioconférence.

Pour participer, écrire à fr Claude Coulot (cl.coulot@yahoo.fr) qui communiquera le lien permettant d’accéder au séminaire en visioconférence.