obsèques de frère Georges Sauvage

Au matin du 23 septembre 2014
le frère Georges SAUVAGE
a partagé la Pâque de Jésus
dont il a recherché le Mystère tout au long de sa vie.

Ses obsèques seront célébrées à la chapelle du couvent d’Angers
le jeudi 25 septembre, à 10h30,
suivies de l’inhumation au cimetière conventuel.

Né à Saint Meloir des Ondes (Ile et Vilaine) le 30 mars 1920, Georges Sauvage a été marqué par la figure de saint François à 19 ans ; il commença par une année au Grand séminaire de Rennes (1938/39) pour entrer finalement au noviciat des frères capucins de la Province de Paris au Mans le 14 octobre 1939, sous le nom de frère Félicien. Un temps d’initiation qui fut interrompu le 9 juin 1940 par la mobilisation au service militaire et repris le 8 mars 1941. Frère Georges a émis ses premiers vœux le 10 septembre 1941. Sa formation s’est poursuivie à Nantes où il a été ordonné prêtre le 31 mars 1945.
Nommé professeur au séminaire Saint-Fidèle d’Angers en 1946, puis directeur (1951/53), il a ensuite rejoint la fraternité de Versailles comme missionnaire. Gardien à Blois (1957-61), il fut pendant une année curé à Calais avant de reprendre une recherche en sociologie religieuse à La Courneuve, puis pendant douze ans comme aumônier à la Prison de Fleury-Mérogis, un ministère qui l’a beaucoup marqué et dont il gardera longtemps le souvenir. Il prendra en 1984 trois années sabbatiques pour une nouvelle orientation dans une fidélité créatrice au mystère de l‘Incarnation, vivement intéressé par la démarche spirituelle de Marcel Légaut dans « L’homme à la recherche de son humanité ». En 1989, il part en ermitage dans la Drôme pour explorer la portée d’une telle mutation où frère François lui apparaît plus comme un nouveau Jésus que comme un « autre Christ ». En 2010, après un accident vasculaire cérébral, il quitte Boulc en Diois pour se rapprocher de la fraternité de Crest où il a vécu une vie de prière intense, passant chaque jour des heures d’adoration devant le Saint-sacrement, affirmant sa joie d’être capucin. Quand on lui parlait de Marcel Légaut, il disait : "c’est du passé" : "Ma vie, c’est la mystère pascal." C’est en décembre 2013 que Fr. Georges sera conduit à l’infirmerie d’Angers et, de plus en plus désorienté, le 24 juillet 2014 à l’EHPAD Sainte Marie la Forêt à Angers où il est décédé à l’âge de 93 ans.