obsèques du frère Michel Gall

Dans la nuit du 14 janvier 2014, le Seigneur est venu visiter

le frère Michel GALL
à l’hôpital Charles Foix d’Ivry-sur-Seine, âgé de 85 ans.

Ses obsèques seront célébrées le jeudi 16 janvier 2014,
à 14 h 30, en l’église Notre-Dame des Champs
(91, bld du Montparnasse – Vavin – 75006)

Né le 14 juin 1928 à Nancy (Meurthe-et-Moselle), Jean-Marie, René Gall, après des études à Saint-Sigisbert de Nancy, entre au Mans, au noviciat des Frères Capucins de la Province de Paris le 1 septembre 1946 sous le nom de frère Michel et y prononce ses premiers vœux le 08.09.1947. Sa formation se poursuit à Tours (philosophie) ainsi qu’à Tours et Nantes (théologie), avant d’être ordonné prêtre à la cathédrale de Tours le 29 juin 1953.
C’est à Reims qu’il commence son ministère en 1954 comme prédicateur C.P.M.I., puis comme aumônier de lycée et en 1966 comme gardien de la fraternité. En 1969, il sera élu au conseil provincial et nommé gardien de la fraternité de Paris-Molitor en même temps qu’économe provincial. Il retournera à Reims en 1972 comme économe provincial et en 1975 comme vicaire provincial. En 1981, il est élu ministre provincial et en 1984 pour un second mandat avec résidence à Versailles. De 1987 à 1996, il sera de service à Notre-Dame de la Trinité à Blois dont 6 ans comme gardien. Puis ce sera un long temps à la fraternité de Versailles dont il sera le gardien de 2001 jusqu’à 2003, au moment de la fondation de la Province de France. En 2006, il est envoyé à Angers en « préparation au dernier voyage ». Mais en 2011, il revient à Paris Boissonade où il aide aux archives provinciales et est nommé référent pour les frères étudiants étrangers sur Paris. Fin septembre 2013, il est blessé à la colonne vertébrale ; ce qui s’avèrera comme un cancer de la moelle osseuse. Hospitalisé et soigné en urgence à Cochin, il est finalement dirigé vers l’hôpital Charles Foix d’Ivry-sur-Seine où il diminue et s’éteint rapidement pour entrer « dans le camp du repos et de la joie, où le Seigneur a dressé sa tente et la nôtre pour l’éternité ».